Communiqué de presse


Avec l'exposition Juste de passage, le 19, centre régional d'art contemporain de Montbéliard présente onze artistes dont dix ont réalisé des oeuvres lors de séjours ou de résidences dans divers lieux de notre monde : Bâle, Buenos Aires, La Havane, Rome, Rouen, Helsinki, etc. L'exposition évoque aussi bien le voyage et le déracinement qu'il provoque que les confrontations et questions qu'il engendre.


Le séjour de Thierry Bernard en Argentine, sans modifier les caractéristiques de son travail de photographe, est à l'origine d'un journal de voyage associant images en mouvement et plans fixes. Pour d'autres artistes, la résidence a nourri une réflexion sur le proche et le lointain, l'intime et l'anonyme.


Ainsi, Anne Emery a effectué des va-et-vient entre le site et l'atelier, avec un dialogue entre la saisie sur le vif par le film et le temps arrêté, cristallisé : celui des équivalences, des signes et des filtres de la couleur caractérisant la peinture. Ces fragments, détails, atmosphères, couleurs du lieu font trace dans le film et la peinture sur des modes spécifiques. Ils inscrivent le lien entre l'histoire et le présent, le mouvement du monde, ses formes, sa culture et ses lumières, la polyphonie des rencontres et de la distance.


Cela peut être aussi une interrogation sur la concordance ou les discordances que ressent celui qui est juste de passage comme le montre Alejandra Urresti dans ses vidéos. On peut au contraire concevoir des oeuvres adaptables qui fonctionnent en kit d'intervention, en kit de voyage, intégrant la notion même de transitoire, de passage que cela implique, à l'instar de l'oeuvre E.A.T. de Jennifer Caubet.


Un voyage peut aussi fournir l'occasion de faire une pause dans la pratique de la peinture. La pratique de la gouache par Fabienne Gaston-Dreyfus a irrigué son travail d'une lumière nouvelle, au gré des jours, comme autant de pages d'un journal qui laissent dans les jeux de couleurs, de formes et de lignes libre cours aux mélanges, aux apparitions, aux associations ainsi qu'aux transparences et rémanences.


Le séjour de Thierry Géhin dans les paysages et intérieurs brestois est à l'origine d'un dispositif qui relève à la fois de la vidéo, de la photographie et de la sculpture. Il associe vision et mémoire, écho et émotion dans une marche qui construit une traversée pleine d'empathie du paysage urbain mais aussi du paysage intérieur. Un va-et-vient entre l'individuel et le collectif.


L'oeuvre de Rodolphe Huguet, artiste nomade par excellence, évoque avec une distance généreuse et un humour déécalé les séjours temporaires qui virent au définitif et le pittoresque à l'ère de l'industrie touristique et de la production de masse. Son travail explore les symptômes, les mécanismes sociaux, les abandons et les regrets, les clichés et stéréotypes propres au voyage et au déplacement.


Qui dit passage dit accueil. L'oeuvre parfois interroge et monumentalise le rapport entre le "passant" et l'habitant, comme le fait Laurent Pernel avec ses photographies semblables à des scènes d'intérieur. Alors viennent s'entremêler des notions complexes et contradictoire : voisinage, surveillance, attention, voyeurisme, découverte, contrôle, etc.


Parfois, les objets quittent le lieu investi pour un voyage par étapes où les identités et les significations peuvent changer, tels les meubles migrateurs ou les objets collectifs de Sylvie Réno. Pablo Rosales a pour sa part laissé quelques souvenirs à ceux qu'il quitte : après sa résidence de deux mois au 19 où il a réalisé une installation pour l'exposition Transfrontaliers achevée en octobre, il laisse le temps d'une exposition ses oeuvres sur papier qui illustrent son art de l'hybridation où peinture, dessin, graphisme, typo, histoire de l'art et imaginaire urbain s'entremêlent.


L'exposition Juste de passage rend également hommage à l'artiste Vassiliki Tsekoura décédée récemment en exposant quelques-unes de ses oeuvres pour faire revenir celle qui, en 2007, avait si magnifiquement investi les murs du 19 et de la Mals lors de l'exposition Orthodoxes-Hétérodoxes: Choisir sa ligne.


Commissaire de l'exposition : Philippe Cyroulnik


Exposition du 4 décembre 2010 au 27 février 2011. Le 19, centre régionale d'art contemporain, 19 avenue des Alliés - 25200 Montbéliard. Tél.: 03 81 94 43 58. Tél.: +33 (0)3 81 94 43 58. Ouverture du mardi au samedi de 15h à 18h, le dimanche de 15h à 18h. Fermeture les 25, 26 décembre 2010 et 1er et 2 janvier 2011.

Anne Emery, Due uno, video

© ArtCatalyse / Marika Prévosto 2010. Tous droits réservés

Juste de Passage, au 19, centre d'art de Montbéliard

Ci-contre
Anne Emery, Due uno, video

Ci-dessous à gauche
Rodolphe Huguet, Trou d'air, installation

Ci-dessous à droite
Laurent Pernel, Monument1, Stonehenge, installation urbaine

Rodolphe Huguet, Trou d'air, installation Laurent Pernel,  Monument1, Stonehenge, installation urbaine Sylvie Réno,  Tentative de revalorisation du monde, mural

Sylvie Réno,  Tentative de revalorisation du monde, mural

Archives expositions collectives 2ème semestre 2010

  Juste de passage
  Le 19, centre d'art de Montbéliard - 04.12.2010 - 27.02.2011